Pour tout savoir de l'actualité des Triatomic's...
black.jpg


26 décembre 2021 : Bain de boue et remise en selle sur le R&B de Gravelines        voir les photos


C’est sur l’épreuve côtière que le binôme Manue + Micka boucle le chapitre 2021 pour les Triatomic’s.


Pour rappel, Gravelines propose un condensé de surfaces histoire de varier les plaisirs : sable, boue, asphalte, sous-bois, herbe, de quoi rendre sympa la sortie dominicale pour notre duo du jour et la concurrence, nombreuse, fidèle au rendez-vous ! Une occasion pour beaucoup d’éliminer les excès de Noël tout en pratiquant le multi-enchaînement 😊


Si les participants ont eu la chance d’évoluer au sec lors de l’épreuve, l’averse qui a précédé le départ a permis d’assouplir le terrain et de proposer un parcours joueur, pour le plus grand plaisir de nos 2 représentants ! Les 700 premiers mètres ont été avalés à vive allure par Micka, volontaire désigné d’office sur cette phase de course ô combien stratégique. Malheureusement, les 3’20’’/km n’ont pas été suffisant pour extraire l’équipe du pack. Micka qui boude les mets festifs, se demande encore si le régime Huitre/foie gras n’est pas un booster naturel pour ses concurrents directs 😊. La suite se passera donc au milieu du trafic car après un tour, comme bien souvent, les places sont faites et il devient alors difficile de slalomer entre toutes les formations engagées.


Malgré la densité de coureurs, Micka et Manue progressent. Le pilotage est délicat mais la technique semble suffisante, et nos vététistes, bien qu’étonnés de rester en selle, prennent de l’assurance et beaucoup de plaisir sur le parcours. Le pas, lui, tantôt glissant, tantôt plombé, selon le revêtement, corse l’exercice. Hormis un bain de boue pour Manue, rien à signaler de particulier sur la partie running.


Côté entente et symbiose tout va pour le mieux. L’observation est au centre du fonctionnement de nos 2 acolytes. Ainsi, sans même un mot, les variations de teinte de leurs visages (du rouge au violet en passant par le bleu 😊) suffit à déclencher le passage de relais ! Efficace ! 

 

Bref, une belle matinée de partage, qui a permis à Manue de se remettre en selle après plusieurs semaines OFF, en compagnie de Micka qui a déjà coché l’édition 2022 à son programme hivernal !


Bonne récupération à tous les deux !!!

 


Résultat : 


Emmanuelle BURIE + Mickaël LESAGE : 1h02’17’’ - scratch : 65/90  -  Cat. Mixte : 20/30  -   Cat. Master Mixte : 4/5






Week-end du 3 au 5 décembre 2021 : quand le menu des Triatomic's se compose d'une entrée, d'un plat et d'un dessert !!! 



      *** 3 décembre 2021 : Premier engagement officiel du Président sur la Rando Fluo ‘’Jeanne’’  avec un TOP 10 à la clé              voir les photos


C’est à la lueur des frontales, que notre Président a participé à son tout premier évènement, en qualité de sportif sous les couleurs du TRIATHLON CLUB Montigny-en-Gohelle. Le choix s’est porté sur une randonnée nocturne à proximité du Parc des îles à Hénin-Beaumont. 7kms300 parcourus en moins d’1h20 et un Top 10 à l’arrivée, de quoi savourer la tartiflette et la bière de noël offerte aux 205 participants une fois la ligne franchie ! Si le dénivelé était raisonnable, la météo était fraiche et le terrain lourd, glissant et boueux. Ces conditions ont engendré quelques chutes parmi les marcheurs, mais Gepeto a pu se fier à ses appuis, tout comme Karine, également de la partie, qui en a profité pour repérer les 3/4 du parcours trail du lendemain ! Des zones herbeuses aux sous-bois en passant par les sentiers de schiste, le parcours a été apprécié et découvert autrement, le faisceau des lampes modifiant grandement la perception d’un environnement pourtant familier. Bref, une première expérience concluante pour celui, qui, pour une fois était de l’autre côté de la barrière ! Bravo Gepeto pour ta performance !



 

      *** 4 décembre 2021 : Karine poursuit sa prépa sur le Trail nocturne de la Saint Nicolas et décroche une 2ème place dans sa catégorie          voir les photos


Le Lendemain soir : try again… Même terrain de jeu (à quelques terrils près), même ambiance festive, même horaire, mais cette fois-ci, pour les Triatomic’s, seule Karine sera sur la ligne de départ avec un dossard placardé sur le ventre. Après une marche d’approche pour rejoindre la ‘’friche industrielle’’ de départ, c’est au cœur d’un beau site d’urbex que la centaine de traileurs engagés sur le petit format des évènements nocturnes de la Saint Nicolas patiente, en attendant le GO donné par le feu d’artifice. Après 5’ de spectacle pyrotechnique, départ explosif ! ^^ Les fusées sont parties devant, les moins rapides ferment la marche. La guerre de placement peut commencer. Pour Karine, départ prudent, à l’arrière du peloton, le temps de prendre ses marques et d’apprendre à poser les pieds en toute sécurité. Les premières aspérités du terrain étant absorbées sans encombre, place à la ‘’remontada’’… Et c’est avec  une certaine décontraction que notre représentante va rechercher progressivement les autres concurrents afin de se replacer au scratch. Globalement, Karine fait une jolie course avec une belle gestion de son effort, son unique gamelle, n’ayant nullement impactée sa performance. Pour une fois, l’arche d’arrivée est franchie avec un grand sourire. C’est que cette nuit là, aucun dépassement à déplorer, aucune place perdue au fil des kilomètres : grosse satisfaction personnelle et un résultat à la hauteur de ses capacités. Pas foufou, mais encourageant, avec une deuxième place dans sa catégorie d’âge ! Pas le temps d'attendre la remise des récompenses, le retour se fera en petites foulées, pour éviter le coup de froid.



Résultat :


Karine GRENON : 1h03’55’’ - scratch : 49/132 - Cat. Féminine : 13/45 - Cat. Master F : 7/30- cat. M1F: 2/12




      *** 5 décembre 2021 : Micka expérimente le Triathlon S à l’arrageoise et grimpe sur le podium         voir les photos


Au petit matin, c’est au tour de Mickaël de prendre part à une épreuve chronométrée. Il optera pour une activité plus complète regroupant les 3 activités couvertes par le Triathlon : nager / rouler / courir. Un format hybride organisé par le RCArras Triathlon qui propose aux participants de nager 400m en piscine avant de sortir aux abords du complexe sportif pour prendre part à un multi-enchainement composé de 3 blocs Vélo (6kms)/course à pied (2kms) avec un départ en CLM. Ni triathlon, ni duathlon, ni R&B, le concept est original et a convaincu une cinquantaine d’aventurier(e)s, pressé(e)s de se disputer la victoire. 


Pour notre athlète, la partie nautique doit encore être travaillée pour espérer jouer le classement scratch. Avec un 17ème temps nautique, malgré un premier tour Vélo/cap fait à bloc pour revenir sur la tête de course, les kilomètres suivant ne permettront pas de reprendre tous les concurrents. D’autant qu’il promène sur son porte bagage la première féminine, qui ne peut assurer ses relais… Gentleman, il tente de lui apporter un maximum d’aide ce qui a pour conséquence de voir revenir un concurrent direct qui lui aussi, fort de son expérience, se planque dans les roues. Micka travaille seul en tête, dans le vent… Notre Triatomic’s, qui a déjà fait beaucoup d’effort est un peu juste pour rivaliser avec cet invité surprise sur la partie running et décide de le laisser s’épuiser un peu sur le dernier tour cyclo… Mais visiblement rôdé à l’exercice, son adversaire coupe son effort et c’est à vitesse réduite que le dernier tour est bouclé. Dans un ultime sursaut, Micka tentera une attaque dans le faux plat montant. Peine perdue, les jambes sont K.O. la ‘’pause’’ lui a été fatale et les 2kms qui le mèneront jusqu’à la ligne d’arrivée ne seront pas suffisant pour passer devant… Micka finira sur la 2ème marche du podium de sa catégorie, battu par plus stratège que lui lors de cette épreuve qu’il qualifiera de joueuse et ultra cardio ! 

 


Résultat :


Mickaël LESAGE : 1h07’53’’ - scratch : 7/47 - Cat. Masculin : 7/41 - Cat. Master M : 2/14

  




14 novembre 2021 : Découverte du R&B sur la base nautique d'Armentières     voir les photos


Jusqu’à la dernière minute, il n’était pas certain que les Triatomic’s aligneraient une équipe sur le R&B d’Armentières… Et puis, sous l’impulsion de Mickaël, Emmanuel s’est retrouvé avec un dossard sur le ventre pour prendre part à son tout premier Run and Bike en ce dimanche matin.


Les rudiments du passage de vélo à la selle sont (re)vus le jour J. L’idée étant de procéder au switch avec autant de fluidité que possible entre les 2 partenaires et amis de longue date. Le niveau homogène du binôme et les qualités de chacun en tant que coureur risquent d’affoler les chrono…


Nos garçons s’appliquent. Les relais sont courts, la foulée engagée, la guerre de position fait rage. Quelques fusées mixtes les passent. D’autres binômes sont au contraire rattrapés puis lâchés. A l’issue du premier tour, où il a fallu jouer des coudes, tout semble rentrer dans l’ordre. Le classement général ne bougera plus des masses. Mais pour maintenir sa position, il faut composer avec les aspérités du terrain et les différentes surfaces. Dévers, obstacles, sable, herbe, bitume, sous bois… l’organisation a soigné le parcours en proposant un patchwork de tout ce qu’il est possible de rencontrer sur ce type d’épreuve. Côté Triatomic’s, on déplorera 2 chutes, sans gravité de Micka, qualifié de ‘’piètre pilote’’ par son pote Manu, pas avare de douces moqueries… 

 

Les 2 compères franchiront la ligne côte à côte, avec une moyenne de 3’59/km, non pas sur 12kms comme annoncés, mais sur près de 14kms : GPS garmin à l’appui ! Une sacrée performance pour un binôme inexpérimenté et un baptême en grande pompe pour Manu qui n’a pas ménagé ses efforts !


Bravo les mecs, une jolie complicité récompensée sur la ligne d’arrivée ! La bière est amplement méritée !!! SANTE !!!




Résultats :


    * Emmanuel CARON + Mickaël LESAGE (Triatomic's) : 53’49’’  -  scratch : 26/129  - cat. Masculin : 21/69   - cat. Vétéran M : 7/19





13 novembre 2021 : La raisin d’or en sauternais pour ouvrir la saison des trails nature         voir les photos

 

Le plan initial c’était 10kms à plat sur du bitume, sur les quais de la Garonne au cœur de Bordeaux… et puis ça s’est transformé en 9kms trail au milieu des vignes sur les coteaux de Sauterne dans l’enceinte du château de Filho. Faut savoir s’adapter ! Alors bon la prépa n’est pas la même et pour ainsi dire y’a pas vraiment eu de prépa, du coup, puisqu’il a fallu modifier les plans 15 jours à peine avant l’échéance.


Pour Fi, ça passe, à l’aise, ses conditions d’entraînements habituelles étant finalement très proches du profil de la Sémillon. Pour Ka, qui n’a pas vu les pentes d’un terril depuis plusieurs mois c’était un peu différent et peu engageant surtout que les retours des gars du coin c’était le côté boueux de l’épreuve… Au final, des single track et des ‘’allées’’ propres et sèches durant 6kms… et puis dame nature a voulu pimenter la sortie avec une bonne averse qui a rendu le terrain plus difficile (mais toujours praticable) sur la fin du parcours. Une ‘’drache’’ comme ont dit dans le nord qui est tombé à point nommé pour rafraichir les idées de tous les trailers du jour qui commençaient à ressentir les effets de l’enchainement des bosses et des creux avec surchauffe des gambettes et l’emballement des pulses cardiaques. Bien que le rendement soit moins prolifique avec les pieds qui se dérobent davantage avec l’apparition des zones boueuses, pour le binôme Triatomic’s du jour, la moyenne reste correcte. La gestion de l’effort est optimale avec une jolie capacité de relance au sommet des vignobles. Une course non subie et bien vécue par les deux représentantes du TRIATHLON CLUB Montigny-en-Gohelle qui font une belle course d’équipe, Finou étant envoyé en éclaireur à 600m de la ligne d’arrivée pour se dégourdir les jambes après 8400m en sous régime dans le costume du lapin pour contenir les attaques de la concurrence et permettre à Ka de finir dans le sillage.


Une organisation sympathique dans un environnement très particulier où le ravitaillement peut se cueillir tout au long du chemin 😊 … sous réserve d’aimer le raisin et de courir suffisamment vite pour éviter les tirs de carabines des viticulteurs ! 😊 Une fois la ligne franchie, à l’instar des breuvages houblonnés servis parfois sur les courses nordistes, 375ml de Sauterne attendaient les finishers !


Bravo les frangines, le classement est prometteur !



Résultats :


    * Sophie GRENON : 56’09’’  -  scratch : 106/238  - cat. Feminine : 33/112     - cat M1F : 6/18

    * Karine GRENON : 57’09’’  -  scratch : 120/238  - cat. Feminine : 43/112    - cat M1F : 9/18





Septembre / Octobre 2021 : flash back sur la reprise des entraînements     voir les photos 


Les Triatomic's c'est avant tout un collectif qui se retrouve au sein d'une structure à dimension humaine et familiale pour partager quelques heures de souffrance sur terrains variés... Dans l'eau, autour d'une piste d'athlé ou bien encore dans l'enceinte d'un gymnase, tout est prétexte à s'entraîner. Innover pour ne pas s'ennuyer, essayer pour progresser, transpirer pour pouvoir trinquer  (hé hé) : voilà la recette gagnante ! Le triathlon, c'est NAGER, ROULER, COURIR... mais pas seulement... c'est aussi PARTAGER, S'ENGAGER, SOURIRE ! 


Les Triatomic's sont motivés, leur assiduité en atteste ! Les séances de PPG font le plein tous les mardis soirs, la piste est prise d'assaut et les lignes d'eau sont le théâtre de belles batailles aquatiques. Seules les sorties cyclo, pas encore couvertes sur le plan médiatique souffrent d'un petit déficit de participation. Gageons que les adhérents vont y remédier ! ^^





17 octobre 2021 : Tourcoing ? Paris ? Format court ? Format long ? Les Triatomic's sur tous les fronts 



      * Thomas et Lamberto sur le Marathon de Paris      voir les photos


Le Schneider Electric Marathon de Paris offre une occasion unique de s’approprier la ville, en participant à une des courses les plus relevées sur la distance mythique de 42,195 km. C’est d’ailleurs aujourd’hui l’un des plus importants marathons du monde, caractérisé par l’importance de son peloton comme par les performances réalisées. Mais cette année est un peu spéciale et la jauge, réduite, n’accueillera que 35000 coureurs… et parmi eux, 2 Triatomic’s tenteront l’aventure : Thomas et Lamberto.

Au programme de la journée, une traversée de Paris… Le départ, depuis les Champs Elysées file droit vers l’Avenue Foch en passant par les bois de Vincennes et de Boulogne, offrant un décor incomparable émaillé d’animations toutes plus populaires les unes que les autres. Musique, danses, costumes et badauds, sur le Marathon de Paris le spectacle est partout… tant sur la chaussée avec le grand défilé des athlètes que sur les trottoirs !

Bref, le défi personnel se conjugue avec une excursion au cœur de la capitale des francs conduisant les sportifs à battre le bitume sur les artères et les places les plus prestigieuses de Panam : au pied de l’Arc de triomphe, nos 2 représentants prendront le départ, respectivement à 10h et 11h20, en descendant les Champs-Elysées, direction la place de la Concorde. La rue de Rivoli les conduira ensuite à l'Opéra Garnier, puis la place de la Bastille, et après un séjour « au vert » dans le bois de Vincennes, la difficulté du trajet retour sera adoucie par les perspectives sur la cathédrale Notre-Dame, puis sur la Tour Eiffel.

Séduisant parcours… et pour Thomas, qui découvrira la distance, c’était probablement l’un des meilleurs choix à faire ! Lamberto n’en est pas à son premier coup d'essai… le marathon de Paris sillonne son parcours de runner…

2 concurrents, 2 courses, 2 objectifs distincts mais une certaine similitude dans les aléas de leurs préparations.

Pour Thomas, 3 ultimes semaines sans entraînement, les obligations et projets professionnels ne lui ayant laissé aucun répit, n’auront pas permis à ce dernier de capitaliser sur tout le travail exécuté en amont mais lui permettra de vivre pleinement son marathon. Du plaisir du km 0 à la ligne d’arrivée, aucun mur dressé sur sa route, aucune défaillance, aucune douleur : le marathon parfait en termes de sensations. Une expérience 100% validée par Thomas qui conserve de cette matinée que du positif. Certes le chrono est en deçà de ses capacités intrinsèques mais finalement la satisfaction de Thomas, la fierté et le sourire d’Hugo, son p’tit bonhomme, sont, et restent les seules choses véritablement importantes ! Bilan au top pour ce baptême un peu particulier qui ouvre la voie à de belles performances futures avec désormais une distance qu’il conviendra d’apprivoiser 😊

Pour Lamberto : même combat mais une âpre bataille dans les rues parisiennes ! Une épreuve vécue dans la douleur à partir du 30ème kilomètre, les blessures d’antan commençant à se rappeler au ‘’bon’’ souvenir de notre représentant et ce, malgré une mise au vert imposée par le corps médial… le cuissot gauche n’a pas tenu ; s’en suit 12 km de souffrance. Physiquement et mentalement il faut serrer les dents. Lamberto, bien que déçu, relativise. La prépa n’a pas été à son terme, il n’aura finalement manqué que 12kms pour que tout se déroule comme envisagé lors de l’inscription. Cette édition aura au moins eu le mérite de forger le caractère déjà bien trempé de notre acolyte qui, comme à son habitude, garde le sourire et sa bonne humeur. Certes le résultat n’est pas à la hauteur de ses espérances, mais les aptitudes sont là… attendons l’alignement des planètes 😊. 

Un grand bravo à tous les deux, vous êtes finishers du SCHNEIDER ELECTRIC MARATHON DE PARIS 2021 ! La situation n’était pas simple à gérer, avec les multi reports, les préparations avortées, les ptits bobos et les contraintes professionnelles. Mais vous avez tenus, sur la longueur, faisant preuve d’une endurance mentale hors norme avec 2 ans d’attente avant de pouvoir épingler ce dossard tant désiré ! 

Un grand merci à Pamela, Valérie et aux enfants (grands et petits) pour les reportages photos et le soutien moral assuré tout au long des 42.195km auprès de nos copains de club !


Résultats

    * Thomas CHAMBRAUD : 4h02'33''   -  scratch : 13375/27082  -  cat. Masculin : 11714/ 21312  -  cat. SEH : xxx/6002  

    * Lamberto NAPPINI : 4h54'33''   -  scratch : 23647/27082  -  cat. Masculin : 19130/ 21312  -  cat. M4H : 1307/1518



      * Jérôme P. sur le 10kms de Tourcoing      voir les photos


Tourcoing : juge de paix d’une année riche pour Jérôme qui ne cesse de faire tomber ses RP… 


Sur ce 10kms, l’objectif était de se rapprocher des 40’… le test VMA permettait d’envisager d’aller titiller les 42’, mais le sub 40 n’était pas encore à porté de semelles… Qui plus est, Jérôme, qui a fait une prépa aux petits oignons se sentait, lors de la phase d’optimisation, passablement émoussé. Rien de plus normal… La surcompensation ne devait plus tarder… 


Le corps serait-il apte à encaisser ces 10 bornes ? et bien OUI !!! fin du suspens ! 😊

Belle journée pour tenter un coup ! Il fait beau, la température est idéale et Jérôme est motivé : tous les ingrédients sont réunis pour une bonne dégustation. Le parcours ne présente pas de difficulté majeure et dès le départ les jambes répondent bien. La garmin ne ment pas : l’engagement de notre Triatomic’s est total. L’effort perçu est jugé ‘’difficile’’ malgré d’excellentes sensations et de super dispositions. TOUT s'est bien passé... RAS, pas de couac, NADA, QUEDAL, QUETCHI... TOUT est OK ! Et le chrono, on en parle ? Et ben il atteste de la performance réalisée aujourd’hui par notre unique représentant sur cette course hors stade! Il manque encore quelques séances à VO²max pour passer sous la barre des 40’ mais la satisfaction est tout de même grande au franchissement de la ligne d’arrivée avec un temps au-delà des espérances ! Jérôme a vécu une belle matinée sur les boucles tourquennoises, les photos prises par Amandine sont révélatrices de son bon état de forme !

Bravo Jérôme, 100% de réussite sur ce 10kms. Un résultat à la hauteur de ton entraînement. Pour 2022, on vise le Sub 40 qui semble véritablement atteignable ! 😊

 

Résultat : 

   * Jérôme POLIN : 41'14''   -  scratch : 134/585  -  cat. Masculin : 118/429  -  cat. M1M : 20/66 





 

15 octobre 2021 : Trail Nocturne de Villeneuve d'Ascq     Voir les photos


Courir à la frontale, c’est un peu le kiff de Manue ! Alors pour baisser le rideau 2021, notre partenaire d’entraînement participera au Trail automnal des lacs, organisé par la MEL dans les allées du parc du héron en compagnie de ses collègues de boulot ! Une soirée festive, sans pression, avec pour seule ambition que de prendre du plaisir à redécouvrir le parc à la lueur des loupiotes. 10kms qui débutent et qui se terminent au stadium de Villeneuve d’Ascq, de quoi plonger tout ce p'tit monde dans cette atmosphère si particulière des courses hors stade. Une ambiance familiale et bon enfant avec quelques animations au départ, de quoi donner des ailes à Manue qui boucle cette ultime épreuve sportive de l’année 2021 sous la barre des 1h avec la satisfaction du devoir accompli ! Une jolie performance qui permet de finir sur une note positive !

Retour aux choses sérieuses après ta convalescence ! Les Triatomic’s poursuivent leur entraînement pour essayer de t’égaler 😊. A bientôt Manue ! 


Résultat : 

   * Emmanuelle BURIE : 57'51''   -  scratch : 133/233  -  cat. Féminine : 35/98  -  cat. M2F : 6/9





10 octobre 2021 : 3 lièvres, 2 supporters, 1 athlète déterminée, et tout ce petit monde s'est retrouvé à Marchiennes             voir les photos + vidéo 



C’était un dimanche à ne pas mettre un triathlète dehors !

      - Température extérieure : 4°C

      - Visibilité : quasi nulle, avec un brouillard à couper au couteau...


Pourtant, ça n’a pas découragé Manue, qui s’est fait plaisir en prenant le départ du 10kms de Marchiennes en compagnie de sa garde rapprochée : Fred, Ludo et son frère Laurent. 


Sur le bas-côté, en qualité de supporters, Manue a pu compter sur la présence de Karine et Mickaël qui se sont arrangés pour que l’aller-retour jusqu’à Marchiennes corresponde à la sortie cyclo dominicale. Un petit déplacement au cœur des nuages, aussi fun et agréable qu’humide et passablement dangereux, qui a permis d’immortaliser la participation de leur partenaire d’entraînement.


Sur l’édition 2021, qui a fait le plein côté ‘’sportifs’’, Manue, seule hibiscus au milieu du bouquet de 1100 runners, a réalisé une belle performance, améliorant de plus de 5 minutes le temps passé sur le circuit arrageois fin août 2021… Ne pas subir, profiter de l’ambiance au fil des kilomètres, se caler dans le bon tempo pour viser le sub 60', et franchir l’arche d’arrivée au terme d’un périple entre copains : c’était l’objectif du jour. Ce dernier a été relevé, et haut la main… 


C'est que ce jour là, malgré la fraicheur, les sensations étaient super bonnes. Et puis le dénivelé quasi inexistant du parcours a facilité la mise en rythme. Du coup, suivre le meneur d'allure des 1h n'a pas tenu longtemps; Manue et Ludo ont pris le large et sont partis à la poursuite de Fred et Laurent... Jusqu'à mi-course, bavardage et billevesées ont ponctué les hectomètres avant que le silence ne s'installe pour laisser la place au fracas des pas sur l'asphalte... Le négativ split était le leit motiv, le dernier kilomètre fut survolé et c'est avec une grande satisfaction que Manue a accueilli sa marque. 


La suite ? Direction le bistrot du Grand Cerf pour débriefer et surtout se désaltérer... parce que pendant l'épreuve, le froid et l'humidité ambiante était incompatible avec une hydratation raisonnée. Du coup l'organisation, qui avait dû anticiper cet état de fait, a également offert aux finishers, une queue de charrue en plus du traditionnel tee-shirt.


Bravo Manue pour ton courage, ton sourire et ta force mentale!!! 



Résultats : 


* Emmanuelle BURIE - 56'33''   -  scratch : 836/1074  -  cat. M2F : 23/48


 



3 octobre 2021 : 2 salles, 2 ambiances... 


           * Mickaël au départ de l'IronMan (IM) de Barcelone         voir les photos + vidéo de LA finishline 



Jour J-2 via messenger :

"Ça y est. Le stress qui monte à l'arrivée à Calella. Il n'y a que des machines de guerre ici . Ici l'eau est à 24°, limite pour la combinaison 😐. Pas de combinaison, de la pluie et du vent : le tiercé gagnant ☹"

 


Jour J-1 via messenger : 

"Un petit coucou de Calella. Nautique en suspend pour le moment. Toutes les bouées ont été retirées et la décision sera prise demain matin. À savoir si nautique annulée ou maintenue en fonction du temps. En arrivant au parc à vélo mon emplacement était occupé par un vélo avec une bâche dessus (le gars a tout prévu) sauf que le gars doit être dyslexique car il a comme numéro 1864 et moi 1684. Je demande à l'organisation de bouger le vélo. En arrivant pour déposer mes sacs de transition devinez qui a pris ma place ? De nouveau appel à l'organisation. Je leur ai demandé de contacter le gars si possible pour lui indiquer qu'il se trompe de numéro. Ils m'ont répondu ‘’no problemo’’. Demain je suis sûr que le gars va rouler avec mon vélo et la trifonction du club ☹"

 


Jour J - Heure H :


Le grand jour est ENFIN arrivé pour Mickaël. Après 2 ans de préparation et 1 an de retard (foutu COVID), il va ENFIN pouvoir prendre le départ de son tout premier triathlon XXL sous le label IRONMAN sur les terres ibériques ! Barcelone sera le théâtre de cette aventure hors norme. Crise sanitaire oblige, l’organisation a regroupé les concurrents de l’Half et du Full sur la même journée, soit plus de 7000 triathlètes prêts à en découdre, de quoi rendre nerveux n’importe quel Ironman en devenir !

Le programme est réputé copieux, mais Micka a fait le nécessaire pour enchaîner les 3 séquences sans faiblir 😊.


3800mde natation, la partie qui génère peut-être le plus d’incertitude chez notre représentant. Pourtant la progression aquatique de Micka, ces deux dernières années, est réelle et ses temps de passage ne devraient pas lui laisser un goût trop a-mer… en revanche pour le côté salé, il va être servi ! ^^ Les éléments sont déchainés. Le vent a fait grossir la houle. Les vagues sont aussi hautes que la motivation des hommes grenouilles, aux abois sur la plage de Calella. Chacun piaffe d’impatience. A la fois heureux de pouvoir se jeter au milieu des flots et angoissé à l’idée de se faire chahuter par les vagues. C’est que l’organisation a opté pour le maintient de l’épreuve nautique et ce malgré les conditions peu favorables à la nage en eau libre. Le parcours est raccourci et les concurrents sont envoyés à la baille par vagues successives sur un parcours de 600m. Sur le bord, en marge de la compétition, Virginie a déjà le mal de mer. Inquiète et nerveuse, l’angoisse lui retourne l’estomac. Difficile de laisser partir son conjoint dans cette douce folie… Mais Micka n’a plus le temps d’y penser ! A son tour de s’élancer et de déclencher le chrono. C’est avec prudence que Micka s’avance dans l’écume, évitant de subir le même sort que les participants ayant perdu leur combat face aux shore-break, ces déferlantes qui repoussent les nageurs sur le sable. 2 énormes murs d’eau sont ainsi évités. L’horizon se dégage enfin, Micka plonge dans son IM… Les premières coulées donnent le ton : la nautique va être éprouvante. Micka est tout simplement au milieu de la salière qui se fait secouer : de quoi assaisonner une épreuve déjà bien corsée ! Non seulement le courant ne facilite pas la progression vers le large mais la dérive est telle que Micka doit s’employer à replonger dans ses connaissances mathématiques en déterminant la meilleure fonction polynomiale de degré 2 du type y(t) = ax²+bx+c lui permettant de suivre la trajectoire idéale vers la première bouée, celle qui lui garantira de conserver un maximum d’écailles ! Et il faut croire que les équations n’ont aucun secret pour notre représentant qui aurait pu décrocher la médaille Fields ce jour là ! Une orientation au plus juste et après une lutte acharnée à l’aller, une séance de body surfing sur le retour. Plaisant et reposant, de quoi reprendre son souffle avant de s’extraire de cette énorme baignoire agitée et poursuivre l’aventure.


La T1 ? interminable ! Avec 7000 participants toutes épreuves confondues, le parc est énorme et la distance de transition pas anodine. Heureusement, impossible pour Micka de se perdre au milieu de ce dédale, son emplacement vélo est approximativement au niveau du rond central du terrain de foot réquisitionné pour l’occasion. Et c’est casque sur la tête, selle en main et cales aux pieds (interdiction de laisser les chaussures sur les pédales ) que Micka quitte le parc…


180kmsd’asphalte l’attendent. Pour les parcourir, il ne pourra compter que sur la mécanique de son Giant, sur la fraicheur de ses jambes et sur sa capacité à lisser son effort tout au long de la journée. Sur les 3 premiers kilomètres, interdiction d’adopter la position aéro. La densité de coureurs et l’étroitesse des rues ne permettant pas d’évoluer en toute sécurité. Il en sera de même sur le retour, une aubaine pour les aspirant IM, de préparer calmement la transition Vélo à Course à pied en prenant le temps de s’alimenter, de s’hydrater et de retrouver un peu de vélocité. Entre deux, il reste 174kms à se farcir. Le vent est bien présent et le parcours devient vite casse patte. La vigilance est de mise. Les bornes effectuées durant sa préparation ont permis à Micka d’assurer le jour J et hormis 2 petites alertes ‘’crampes’’, rien à signaler. Pas de défection, pas de casse et/ou de panne matériel et pour couronner le tout, un rythme très satisfaisant. Et a contrario des athlètes sanctionnés pour drafting avéré (les mecs roulaient carrément en peloton), c’est seul et conformément aux règles du triathlon moderne que Mickaël pose son vélo, frais et dispo pour attaquer son marathon. De quoi savourer ces 2 premiers tiers d’épreuve.


42.195kms, c’est ce qu’il reste à Micka avant de voir l’arche d’arrivée. Cela fait déjà près de 6h30 de course… Virginie, assure la prestation photo ; Jérôme P. quant à lui, traque Micka et son évolution au fil des kilomètres et communique les temps de passage au reste du collectif, attentif aux données affichées. Et pendant que tout ce petit monde, confortablement installé dans les canapés, devant Paris-Roubaix, y’en a un qui ne lâche rien et qui poursuit son épopée en longeant la côte barcelonaise sous un soleil de plomb. 28°C. Il fait chaud. Micka régule son allure et reste prudent, le premier semi ayant été un véritable casse-tête pour maitriser son hydratation. Derrière la cloche, Virginie l’encourage et veille au grain. Tout va bien et Micka enclenche sur le 2eme semi-marathon avec en ligne de mire un SUB 10h…


Une sacrée performance quoiqu’il arrive, et ce, même si la distance nautique est en deçà du défi initial. Bien évidemment, difficile d’occulter ce point, mais malgré tout, Micka reste mobilisé… Un dernier virage, la moquette rouge floquée du logo IM, la double tribune qui acclame les triathlètes longue distance encore à quelques encablures de cette finisline ; le speaker qui prononce la phrase que chaque postulant souhaite se voir attribuer ‘’YOU ARE AN IRONMAN’’ : pour Micka c’est la dernière ligne droite. Dans quelques secondes c’est lui, le Triatomic’s du TRIATHLON CLUB Montigny-en-Gohelle qui franchira cette arche, fatigué probablement, un peu frustré certainement, mais tout de même heureux d’avoir été au bout de son projet et d’avoir réussi à boucler le parcours en 9h57’33’’ !


Savoures Micka ! C’est la juste récompense de ton abnégation à l’entrainement. Le 3 octobre 2021, tu es devenu un Ironman, devenant par la même occasion le super héros des Triatomic’s, reléguant loin derrière Robert Downey Junior et Tony Stark.

 


Jour J - Heure h+2 via messenger

"Bonjour à toutes et à tous.

Tout d'abord un grand merci pour vos encouragements je les ai eues par la pensée. Le réseau de la pensée passe mieux que la 4g. La journée a été riche en émotions.

Mer déchaînée, du coup nautique raccourcie : 600 mètres. Avec une dérive de malade. Merci Ka pour l'expérience du swim run de Berck cela m'a été utile en visant la première bouée 50 mètres sur la droite.

Le vélo. Le premier tour j'étais un peu trop joueur avec le 70.3 parti 40 minutes avant nous plus nos participants. Le second tour était un peu plus géré avec des crampes au 118e km et au 140e km. Je pose le vélo avec le sourire.

La CAP démarre dans la gestion de l'effort mais devient très compliqué avec 5 arrêts pipi dans le premier 21. J'avais du mal à assimiler où je buvais trop. Le second 21 les sensations revenaient mais je ne voulais pas m'emballer le but était de finir debout.

En faisant des petits calculs à 14 km de l'arrivée (1 tour) je me dis que je peux passer sous la barre des 10 heures. Comme il n'est pas complet ça n'a pas de valeur mais pour le fun je me suis dit ‘’pourquoi pas’’. Et quand j'ai enclenché c'est passé à une vitesse de fou. Endorphine plus toutes vos pensées positives ça m'a beaucoup aidé. Pendant la course on se dit ‘’plus jamais’’ et sur le tapis rouge avec toutes les émotions qui ne sortent jamais chez moi je me dis ‘’à quand le prochain ?’’. Bisous

Mickael depuis ma baignoire dans un bain tiède (je ne suis pas fou non plus)"



Résultat


* Mickaël LESAGE - 9h57'33''   -  scratch : 386/1544  -  cat. Masculin : 361/1345  -  cat. M40-44 : 72/251





           * Douche froide pour Delphine et Djé sur le Just tri de Rieulay (Distance Sprint)      Voir les photos (album Triatomic's)       Voir les photos (shootées pour le TOP)


C’est un jour qui restera a jamais gravé dans les mémoires ! Car ce dimanche 3 octobre, qualifié de dantesque par les journalistes sportifs lors de l’édition 2021 du Paris-Roubaix, Djé et Delphine, nos 2 néo-Triatomic’s ont aussi affronté, à leur manière, ‘’l’Enfer du Nord’’ lors de leur toute première expérience triathlétique sur le JUST TRI de Rieulay.


Les conditions météo, pourtant exécrables, n’ont pas fait le poids face à l’envie de découvrir le multi-enchaînement. Le site des Argales, terrain d’entraînement pour les sessions d’eau libre, avait ce petit côté rassurant pour nos 2 néophytes. Avec les copains du T.O.P (Triathlon Orchies Pévèle), l’ambiance était fraîche, certes, mais détendue : idéal pour faire redescendre le niveau de stress.


Le discours du coach était bien rôdé. Le JUST TRI c’est juste du tri… avec un seul objectif : se faire plaisir. Pour accompagner Djé et Delphine sur ce sprint, Manu et Karine seront là en appui. L’idée étant de faire progresser le quatuor comme s’il disputait un CLM par équipe.


Derrière les lentilles, Gepeto et Pierrette, officieront en qualité de reporters photographes et assureront la prestation ‘’shooting’’ de toute l’épreuve. Une belle complémentarité avec les ‘’gars du coin’’, devenus les partenaires d’entraînement des Triatomic’s depuis la mise en place des roulements pour assurer la surveillance des créneaux de nage en eau libre.


Sur le plan sportif, le parc à vélo, ses codes, les petites astuces, les règles de montée/descente de vélo, tout est passé au crible. Ensuite il y a les préparatifs avant la mise à l’eau… Et aujourd’hui, pour le coup, c’est une étape qu’il ne faut surtout pas négliger sous peine de ne pas réussir à aligner les coups de bras et/ou à ressortir en hypothermie. Bien qu’il ne fasse pas bien chaud, l’eau est franchement froide et combi ou pas sur le dos le choc thermique est là en embuscade.


Il est 9h45, place au briefing sous une pluie fine mais constante. L’organisation souhaite à la centaine de fous présents une bonne course après avoir expliqué le parcours nautique et présenté les modalités relatives aux 20kms de cyclisme et au 5kms de running.


Il est temps de partir se rafraîchir les idées. Après quelques secondes d’immersion, le silence retenti. On dirait un remake chti du naufrage du Titanic ! Les Triatomic’s sont unanimes : c’est frisquet ! Mais the show must go on ! 10h, Le coup de sifflet : c’est parti! Djé et Manu foncent têtes baissées… Des guerriers ! Pour Karine et Delphine c’est beaucoup plus compliqué. La sortie australienne est le premier jalon, attendu avec impatience pour s’extraire, au moins quelques secondes, de cette séance de cryothérapie. Jusque là tout va bien. Delphine subit un peu ces conditions extrêmes mais persévère. Manu est dans la gestion tel un vieux briscard (il a validé ses galons de triathlètes 15j plus tôt sur le distance olympique des Lacs de l’eau d’heure). Djé n’a qu’une idée en tête : sortir au plus vite de cette bassine d’eau froide et fait une belle nautique. Pour Karine, une fois le corps à température pas de difficulté majeure. Elle observe ses partenaires d’entrainement qui assurent : contrôles visuels, passage de bouée, trajectoire, sur-battement ! ça bosse et ça bosse bien 😊


Il est temps de sortir des flots et d’enfourcher les vélos… après une i.n.t.e.r.m.i.n.a.b.l.e transition… A la décharge des Triatomic’s, non seulement ce point-là n’a pas été travaillé à l’entraînement mais en plus les extrémités sont gelées… bref, pas facile de s’équiper dans ces conditions.


Une fois sur la route, les hibiscus évoluent sur une chaussée détrempée et se feront rincer à plusieurs reprises. L’allure est aussi soutenue que possible, l’idée étant de rester en selle. Toutefois par temps sec, le circuit doit vraiment être rapide ! Ce ne sera pas aujourd’hui que les records de vitesse seront battus… A ce stade de la course, petit bilan des forces en présence :

-             * Manu, qui n’arrive pas à se réchauffer, claque des dents et frissonne mais donne le tempo

-             * Djé se porte bien et fait des allers-retours en tête et en queue de convoi

-             * Delphine, profite de sa 3ème sortie cyclo route pour apprendre à gérer ses braquets, tout en restant dans les roues de ses coéquipiers

-             * Karine, expérimente le funambulisme dans chaque courbe et chaque virage, mais le reste du temps : ça va 😊


De retour au parc… transition i.n.t.e.r.m.i.n.a.b.l.e bis… On ne change pas une équipe qui gagne ! 😊 Il reste alors 5kms de course à pied. Les 2 premiers kilomètres sont nécessaires pour retrouver quelques sensations au niveau des pieds et des orteils… La suite ? Le binôme masculin part en éclaireur et termine à fond de cale, ouvrant la voie au binôme féminin resté en retrait sur un rythme de sénatrices 😊.


La ligne est finalement franchie sous le crépitement des flashs, les applaudissements et les trombes d’eau. Une arrivée en fanfare, amplement méritée, qui vient saluer la belle performance de Djé et de Delphine pour leur tout premier triathlon. Bravo à tous les deux ! Vous appartenez désormais officiellement à la grande famille des triathlètes 😊 et après ce que vous avez vécu, plus rien ne doit vous faire douter! Il n'y aura pas pire comme conditions climatiques sur les prochaines épreuves! 


Merci à Manu et Karine pour le ''parrainage'' et à Gepeto et Pierrette qui ont subit les affres du temps sous les parapluies, pour immortaliser ce baptème!  





19 septembre 2021 : Les lacs de l’eau d’heure    voir les photos






enquête, interview et petites anecdotes crousitillantes en cours de recensement... 





Résultats


     * Mickaël LESAGE : 2h53'21''  -  scratch : 189/681  - cat. Master : 29/141

     * Gaël DUPOND : 3h02'19''  -  scratch : 294/681  - cat. Master : 51/141

     * Emmanuel CARON : 3h12'41''  -  scratch : 392/681  - cat. Master : 74/141





12 septembre 2021 : Joindre l’utile à l’agréable lors du forum des activités        voir les photos



Ce dimanche matin, le soleil est au rendez-vous ! Une aubaine après la semaine pluvieuse qui a fait craindre le pire pour les Triatomic’s bien décidé à assurer une permanence lors du forum des activités.


Pour l’installation des 16m² réservés au TRIATHLON CLUB Montigny-en-Gohelle, à la maitrise d’œuvre : le président Jean-Pierre et sa dream team : Pierrette, Jean-Michel et Martine … à la maitrise d’ouvrage : Karine, pour le plus grand désarroi des sexagénaires ! 😊Jérôme P.et Micka viendront compléter le tableau pour doter le stand de 2 espaces cyclo dont l’un sera connecté à la plateforme swift.


A 10h, les Triatomic’s sont prêts ! 

Les portes du forum s’entrouvrent pour laisser libre court aux déambulations de la population détentrice du précieux sésame, le sus nommé ‘’pass sanitaire’’ !


A tour de rôle, les adhérents vont se relayer sur les vélos… une façon originale de présenter une spécificité de notre discipline aux quelques curieux venus se renseigner sur les activités proposées sur la commune de Montigny-en-Gohelle. Parmi les Triatomic’s, saluons la performance de 3 d’entre eux (Micka, Manue et Jérôme P.) qui ont assuré à eux seuls la plupart des kilomètres parcourus ce dimanche sur les HT. A ces exploits individuels, il faudra rajouter la participation de Karine, Thomas, Luka, Pierrette et Djé ainsi que la présence d’Amandine, qui firent une apparition au cours de la journée pour tenir compagnie aux indéracinables : Manue et Gepeto 😊 présents du début à la fin de l’évènement assurant la promotion de la structure auprès des élus et des badauds.


Vers 17h00 : clap de fin. La semaine se termine ainsi, sur quelques tours de roues… rendez-vous dans 2 ans pour le prochain forum des activités.


Et de conclure avec un grand merci adressé aux adhérents qui se sont disponibilisés pour apporter leur pierre à l'édifice!  





11 septembre 2021 : ... et de 3 pour Lamberto sur le Triathlon S de l’Audomarois 

 


Cela fait maintenant 3 années que Lamberto s’aligne sur le triathlon S de l’Audomarois, une occasion pour lui de jauger de sa progression dans sa pratique du triple effort mais également de participer à une épreuve sportive aux côtés de son ami d’enfance.  

 

Pour le cadre de l’épreuve : les abords de la commune de Arques et l’étang de Malhove. Pour le profil et les distances à parcourir, il fallait compter 600m de natation, 21km pour le circuit cyclo en aller-retour avec une côte à mi-parcours et 5kms de cap principalement sur les berges de l’Etang.

 

Sur la partie nautique, l’appréhension du milieu naturel, n’a pas permis à Lamberto de poser sa nage… Qui plus est, la limite horaire a littéralement bloqué notre nageur, qui n’a pas réussi à passer outre, ne crawlant qu’une centaine de mètre sur les 600m possibles.

Le week-end du 11 septembre, venteux, a rendu la portion route difficile à négocier, les athlètes devant affronter les embruns sur le retour. Lamberto, poussé à l’aller, avait des jambes de feu… au turning, c’est avec les jambes en feu qu’il a dû composer 😊. Le vent de face sur le plat : une ‘’tuerie’’ , propos recueilli auprès de notre représentant, étonné d’avoir roulé plus vite dans la bosse que dans la descente … d’autant qu’il a pu observer les effets du ‘’No drafting’’ induits par une sortie tardive des flots à contrario des ‘’pichons’’, alliés de circonstance qui ont su se regrouper pour former des pelotons, avantage non négligeable au vu des conditions climatiques de l’édition 2021. Parce que oui, le drafting permet de s’économiser sur le vélo pour ensuite amorcer l’ultime épreuve cap dans les meilleures dispositions… Lamberto, lui a enfiler ses baskets passablement émoussé…  

 

Pour autant, Lamberto a franchi la ligne, satisfait puisqu’il a une fois encore amélioré sa marque, grignotant 2’ par rapport à l’édition précédente.

 

Avec une saison moins perturbée que celle que nous venons de vivre, les apprentissages pourront être réalisés dans de bonnes conditions (échauffement, transition, position aéro, …) et les chronos devraient s’affoler…

 



Résultat :

 

Lamberto NAPPINI : 1h29’30’’  -  scratch : 107/119   -  cat. M. : 87/96    -   cat. Master 4 : 2/3

 

  

 

 


4 septembre 2021 : Patricia ouvre la saison 2021-2022 des Triatomic’s sur le format XS du Triathlon de Gravelines

 


Après une semaine usante, cap au nord pour Patricia, qui a décidé de se détendre en accrochant un 1er dossard en cette nouvelle saison, sur le triathlon XS de Gravelines.


La chaleur extérieure étant au beau fixe, c’est sans combi que notre représentante se jette dans le Paarc dans rives de l’Aa. Saisie par la fraicheur de l’eau, après 3 mouvements de crawl, Patricia est ‘’Oxy’’… s’en suit 400m interminables où le plaisir n’est pas au rendez-vous et ou l’angoisse s’installe. C’est un point à travailler et les séances d’eau libre devront être multipliées à l’été prochain pour effacer toutes ces difficultés. Patricia le sait et est d’ores et déjà prête à relever les défis à venir en apprenant de ses ‘’erreurs’’. 


Heureusement, une fois sur la terre ferme, le triathlon prend une autre tournure ! Une allure soutenue à vélo la remet en selle. Les 10kms ne sont qu’une formalité pour propulser notre représentante dans les meilleures dispositions pour boucler les 2500m de la portion running. Du plaisir et de bonnes sensations donc pour notre féminine adeptes des sorties longues en compagnie de ses baskets !


Patricia a montré le chemin... aux Triatomic's de prendre part aux festivités à venir :)

 



Résultats :

 

   * Patricia TARADEL : 55’04’’  -   scratch : 123/150  - cat. F : 31/44    - cat. Master : 7/9


EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer
Parce que la vie associative des Triatomic's est trépidante, retrouvez ici toutes les actualités de la  saison en cours !

Ce site web est développé, tenu et mis à jour par les membres du bureau, sans autre partenariat que notre fournisseur d'accès.


banniere triatomics.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com